11 January 2020

GERAK STATEMENT ON THE SARAWAK-UNIMAS FIASCO

1 January 2020

Academic reform in Sarawak: Is there an issue?

GERAK is dismayed to learn of the resignation of internationally renowned academic Tan Sri Dr Kamal Salih as Chairman of the UNIMAS Board of Directors on 6 January 2020.
Coming almost immediately after his appointment and for the most vexing of reasons, TS Kamal’s resignation does not bode well for tertiary education reforms in Malaysia.
TS Kamal’s resignation is also a double-whammy for reforms since it happened barely days after Dr Maszlee Malik’s resignation as the most reform-minded Minister in the Ministry’s recent history.
This double resignation is a kick in the teeth for the Pakatan Harapan government’s commitment to educational reforms.
Amongst the key tertiary reform priorities of Dr Maszlee when he was Minister of Education was to advance academic freedom and make public higher education institutions – and their managers - more transparent and accountable to the people at large.
TS Kamal was appointed by Dr Maszlee Malik to helm the UNIMAS Board of Directors for three years starting 1 Jan 2020. And evidently he was appointed to advance Dr Maszlee’s vision of academic freedom, public accountability and true intellectual leadership.
Anyone who has seen TS Kamal’s CV will realise that he is no intellectual lightweight or a managerial pushover.
He has a string of academic achievements, is internationally recognised, and set up the highly-reputed International Medical University.
Currently he is Chair of the prestigious and highly-respected Malaysian Institute of Economic Research (MIER).
He is the consummate educational professional who only wanted to contribute his knowledge, expertise and experiences to the country via serving UNIMAS and Sarawak.
Unfortunately, the state government took a petty view of his appointment and voiced exception to the fact that they were not consulted nor was the ‘State Government notified officially’ prior to the announcement of his appointment.
True, this may have always been the ‘process that was adhered to since the appointment of the first Chairman’.
But that was under the previous problematic Barisan Nasional (BN) government - which the current GPS State Government was a staunch coalition partner - that contributed greatly to the current shambolic state of tertiary education in the country.
Today, the GPS State Government is in opposition to the reform-minded PH Federal Government. Also, there is no agreement written in stone about any ‘process’ that obliges the Federal Government to ‘consult’ with the State Government when appointing any Federal Government senior civil servant to lead reforms in a Federal institution in Sarawak.
That the GPS state government saw fit to play up its State Rights vs Federal Government authority only reflects their lack of hesitation in continuing to stir divisive politics merely to advance the electoral prospects of their GPS coalition.
Regrettably, all done at the expense of quality higher education in Sarawak.
Rejecting experience, knowledge and international recognition purely on the basis of this pettiness undermines the reform efforts of the PH Federal government to improve tertiary education in Malaysia and, in this case, Sarawak.
GERAK therefore calls upon the acting Minister, Tun Mahathir, to hold firm to professional reform efforts and to appoint an accomplished academic and internationally-recognised professional to Chair the UNIMAS Board of Directors.
Time is running out for the country to reform its tertiary educational institutions.
Now is not the time for the Federal Government to condone counter-productive political games, or for the Sarawak state government to reject sound professionals from throughout Malaysia to serve in UNIMAS on the basis of divisive political sentiments.
GERAK EXCO
11 January 2020

10 January 2020

Consider This: Education Reform - Policy Continuity or Shift?



http://www.astroawani.com/video-malaysia/consider-education-reform-policy-continuity-or-shift-1827022

The Malaysian Academic Movement (GERAK) has weighed in on the surprise resignation of Education Minister, reminding the public of its own 10-point proposal for reform and even suggesting individuals to replace Maszlee Malik. Melisa Idris and Sharaad Kuttan speak to Zaharom Naim, Chairperson of GERAK for their take on the challenges of education reform.


05 January 2020

Gerak Media Statement on UNIMAP Vice Chancellor's Response to the Ethnic Relations Examination Paper

5 January 2020

GERAK is appalled at the statement  by Dr. R Badlishah Ahmad, the Vice Chancellor of Universiti Malaysia Perlis (UNIMAP) regarding the controversy arising from multiple choice questions set in UNIMAP’s Ethnic Relations examination paper.

GERAK had earlier pointed out that, for an unnecessary question (Q60) set about the Indian preacher-on-the-run, Zakir Naik, both the question and the answers provided were badly and narrowly constructed, and not appropriate for a module that is designed to further inter-ethnic understanding.  Indeed, the opposite was true.

The UNIMAP VC then said an investigation would be conducted.

This latest rambling statement after the `investigation’ ' is nothing but a complete and clumsy of the whole sordid affair.

Let us remember that since that question was exposed, at least another racist and anthropologically ignorant question from the same paper has been unearthed and reported.

This, GERAK believes, is not simply  an `oversight’ or things related to the syllabus. Such `explanations’ are simply untenable.

And the UNIMAP VC surely knows this. If he doesn’t, he needs to be schooled. Or he may volunteer to step down to be replaced by someone who knows what constitutes the public good.

We, unfortunately, are now living within a toxic environment of racial supremacy and religious bigotry. These need to be fought against and greater understanding and respect fostered.

That is the spirit of the Ethnic Relations module. It doesn’t require a PhD or a VC’s position to know that.

Instead, in his statement, the UNIMAP VC conveniently asserts  that the vetting of the questions in the examination paper followed proper procedures, is in line with the syllabus of the module, and that the controversial question was discussed in class.

The fact is, any two-bit lecturer can `discuss in class’, controlling and moving the discussion towards a particular direction and, unsurprisingly, indoctrinating rather than questioning.

In any case, to further muddy the issue, in his statement, the VC says that UNIMAP will in future ensure all multiple choice questions will be restricted to theory and facts only.

This is essentially a stock, evasive statement that is irresponsible and problematic because it does not address the root problem underpinning the controversy, i.e., the blinkered question and narrow range of answers that were provided. This clearly relates to the way this module is being taught.

The VC's statement thus altogether avoids responding to the main issue at hand, i.e. "why were such insulting and stupid questions along with incorrect and restrictive answers allowed in the university exam paper?"

GERAK thus demands  a thorough INDEPENDENT review of the way this Ethnic Relations module is taught at UNIMAP, indeed in all our universities.

Is what is currently being taught in line with the objectives and spirit of the module?

While GERAK respects academic autonomy in the lecture room, such autonomy must be placed within the context of rigorous scholarship that avoids the ideological and cultural biases that were undoubtedly demonstrated in this controversy.

Clearly UNIMAP and other publicly-funded universities need to review their approaches to the  Ethnic Relations module to ensure it fulfils the national agenda of helping students appreciate the cultural diversity that makes up Malaysian society.

And to respect such diversity.

GERAK EXCO

03 January 2020

Gerak media statement on Dr. Maszlee Malik


3 January 2020

GERAK is not a fair weather friend. Hence, we find it sad and extremely unfortunate that the first working day of the new year was marred by the resignation announcement of the most approachable and reformist Education Minister for a long time, Dr Maszlee Malik.

We came out in support of Dr Maszlee when he was first appointed minister and, despite having often been openly critical of some of his decisions, we stand by him at this juncture.

Dr Maszlee, who steps down today (3 Jan), clearly understood the mess Malaysia’s higher education system had been dragged into and the tough decisions that needed to be made.

Ironically, much of the worthwhile strategies and policies he designed or helped to design and implement only at school level are now suddenly being highlighted by the media.

This is the same media that virtually hounded him throughout his short tenure, ridiculing and vilifying him, without bothering to look deeper into what he was doing.

This is the same media – and the vocal pseudo-liberals, the pseudo-progressives, even conservatives – wanting to sensationalise rather than analyse. What strange but convenient bedfellows.

Be that as it may, GERAK’s concern and purpose here is to outline and acknowledge three main initiatives that Dr Maszlee had put in motion for higher education over the past 20 months. And, perhaps, propose the way forward.

First, based on a genuine concern for academic freedom and autonomy, Dr Maszlee set into motion the dismantling of the much-criticised and abused University and University Colleges Act (UUCA).

Having quickly plucked the low-hanging fruit in the Act – hence allowing undergraduates to formally discuss politics on campuses – Maszlee then set up a multi-stakeholder technical committee. Together with independent outside consultants the committee has been hard at work to repeal the UUCA and also Act 605. A repeal is being targeted for later this year.

Many outside academia are unaware that Act 605 is the main act that virtually muzzles Malaysian academics. Under the Act, university academics even need permission to praise the government!

Second, under his tenure a new, independent committee for the selection of public university Vice Chancellors was set up in mid-2019.

This is in line with GERAK’s call for the abolishment of political appointments of top university posts and the implementation of independent selection procedures.

As expected, this has not gone smoothly, largely due to resistance by the incumbents, who have used the old standard practice of garnering the support of powerful individuals and institutions outside academia.

Nonetheless, the procedures have been put in place to replace these old, politically-linked and feudal ways. It is now up to all parties concerned to make sure the system works for the betterment of Malaysian public universities.

Third, Dr Maszlee also set up an independent Integrity Committee, outside the confines and possible constraints of the Ministry, to investigate cases of fraud and malpractices within universities.

It is never easy to conduct such investigations, since, more often than not, complaints and allegations need to be backed with solid evidence.

And, given the nature of previously-BN controlled institutions, deep-rooted, bad habits and practices are difficult to unravel, let alone destroy.

Such, indeed, has been the case with all these three initiatives begun by Dr Maszlee.

It is easy to vilify the individual without having much information. It is equally easy to blame the individual, without looking at the existing system and the foot-dragging and other forms of resistance employed by those not happy with reforms.

Dr Maszlee, we believe was trust into an extremely visible and demanding ministry. He was virtually caught between a rock and a hard place, torn between a desire for reform and the narrower political demands of the party.

But for what he’s done despite this, GERAK offers our thanks.

That having been said, in looking ahead, GERAK proposes three possibilities for higher education in Malaysia.

First, the formal splitting up of the Ministry into two ministries; a Ministry for non-tertiary education, formulating strategies and policies for education from the nursery to secondary school levels.

And a separate ministry for tertiary education. Here a ministerial position for Dr Maszlee could be possible, indeed advantageous, given the initiatives he had begun during his tenure.

Modern formal education is too complex and complicated to be lumped together under one ministry.

Second, GERAK believes the depoliticisation of education is necessary, to make us more equipped to face a fast changing, challenging world.

Hence, while many are clamouring for the appointment of faded and fake degree politicians as the next Education Minister, GERAK would propose just two names – K.S. Jomo and Sham Sani.

Both are intellectual giants who have had vast experience in academia. Both, we are confident, can remove deadwood and political and religious lackeys and bring forth genuine reform.

Third, that whoever takes over as the next minister looks seriously at GERAK’s original 10-point proposal for reform and continues with the process that Dr Maszlee had started.

GERAK EXCO

31 December 2019

HE Malaysian Academic Movement (Pergerakan Tenaga Akademik Malaysia, or Gerak) views with deep concern the action of the police in summoning Mohd Akmal Haziq, University Malaya student and UM Student Representative Council president, to the Pantai police station in Kuala Lumpur on Dec 25.

Read here for the rest of the statement:

https://www.thestar.com.my/opinion/letters/2019/12/30/long-way-from-greater-freedom-on-university-campuses

Media statement 27 December 2019

THE Malaysian Academic Movement (Pergerakan Tenaga Akademik Malaysia, or Gerak) views with deep concern the action of the police in summoning Mohd Akmal Haziq, University Malaya student and UM Student Representative Council president, to the Pantai police station in Kuala Lumpur on Dec 25.
Haziq was evidently summoned for questioning about the demonstration he led within UM’s KL campus on Dec 13. The peaceful demonstration, held in front of UM’s Chancellery, was held to demand from the university better welfare and other student services, like improved student transportation. A 13-point memorandum was submitted by the students. It sounds reasonable enough and is about genuine student concerns, like improved campus security, greater maintenance of campus property, a more frequent shuttle service, and a student-friendly administration.
It certainly didn’t contain anything that warranted police action. So it was shocking to find out that Haziq had been summoned for questioning – on Christmas Day, a public holiday, mind you – an action that smacks of intimidation.
Did the police act based on reports and complaints? If so, by whom? If it was by the university authorities, couldn’t they have instead got together with the students to discuss their concerns rather than act like authoritarian bullies?
Education Minister Dr Maszlee Malik has consistently urged for greater freedom on our university campuses. This latest episode seems to indicate a reluctance by the authorities to treat a major stakeholder, our students, with respect.
There appears to be a deep intransigence among public university vice-chancellors (VCs) to implement the Pakatan Harapan government’s reformist policies.
Gerak thus strongly urges the Education Minister to impress upon all university VCs the need to keep in step with the government’s reform agenda. Failing which, it may be best for them to resign their positions in favour of others who will.
GERAK EXCO

29 December 2019

GERAK's first French article


La vie de la recherche scientifique
VRS n° 418 / juillet - aout - septembre 2019 / 56 -59

 Reconquérir l’enseignement supérieur en Malaisie

Dr Lai Suat Yan, Coordinatrice et enseignante du programme Gender studies, University of Malaya ; vice-présidente du Malaysian Academic Movement (GERAK)
Dr Ngo Sheau Shi, Enseignante à la School of Communication, Universiti Sains Malaysia (USM); membre du comité exécutif du GERAK
Dr Yuwana Podin, Enseignante à l'Institute of Health and Community Medicine, Universiti Malaysia Sarawak (UNIMAS); membre du comité exécutif du GERAK

 Es eosa imusci as expliat enimet dolenimporit pelignis cusda natusaped mos imint estis ped mossequam nullatia nonse accaborerrum sincidipsum necum rem quation sectat. Hilis autate omnis aut estis exerspis sit laudias di doluptia vel minctatem ea vel ex eos ducil id magnate sequiatus dolorep tatur? Gentinto doluptia vel minctatem ea vel ex eos ducil id magnate sequiatus dolorep tatur? Gentinto

L’Alliance de l’espoir (Pakatan Harapan, PH) a remporté les quatorzièmes élections législatives le 9 mai 2018. Sous le slogan « Reconstruire notre nation, concrétiser nos espoirs », son programme de réformes promettait de débarrasser la Malaisie de la corruption généralisée, des pratiques cupides de ses dirigeant·e·s et d’une dette croissante qui a, entre autres, entraîné la diminution du budget alloué à l’enseignement supérieur. Ces coupes budgétaires avaient placé les universités publiques sous la menace permanente de la commercialisation, les poussant, au fil des ans, à mettre de côté des enseignements ou des disciplines considérés comme dépourvues de valeur sur le marché. Elles avaient également eu pour effet le manque de financement au niveau de la recherche portant sur les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STIM) ainsi que la marginalisation de la recherche fondamentale.

En revanche, le nouveau gouvernement propose une politique d’espoir dont l’objectif est la réorganisation des contrôles institutionnels, notamment l’autonomie institutionnelle et les libertés académiques des établissements d’enseignement supérieur (ES). Dans cet article, nous donnons un aperçu de quelques-uns des défis et des réalisations de l’ES en Malaisie, un an et demi après la victoire historique qui a brisé l’emprise du Front national (Barisan Nasional – BN) sur le pouvoir qu’il avait conservé durant les six dernières décennies. Nous soulignons également le rôle joué par le mouvement académique malaisien (GERAK) dans la promotion des réformes.

DU NÉPOTISME ET DES LIBERTÉS ACADÉMIQUES

L’engagement pris par le nouveau gouvernement concernant le maintien d’une gouvernance institutionnelle autonome au niveau des postes de direction des universités publiques et des établissements d’ES a donné des résultats mitigés1. Si les responsables politiques du BN nommés à la tête des universités ont désormais été remplacés2, cela n’a pas mis fin au népotisme. On peut citer, à titre d’exemple, la nomination de Muhammad Nur Manuty, président du PH, à la tête du conseil d’administration de l’université Sultan Zainal Abidin, le cas du Dr Mohd Ghazali Abas, secrétaire général du ministère de l’Éducation, qui siège au conseil d’administration de l’université Kebangsaan
Malaysia, ou encore la décision du ministre de l’Éducation de se nommer lui-même président de l’Université islamique internationale (IIUM) ; mais il a dû démissionné de ce poste en réponse à des protestations soutenues. Finalement, les avancées progressives obtenues témoignent de la lutte acharnée. La création récente du comité autonome de sélection des vice-chancelier·ère·s du ministère de l’Éducation, dont la tâche est d’examiner les candidat·e·s potentiel·le·s et de leur faire passer des entretiens, permet d’espérer que les nominations futures seront fondées sur le bagage universitaire plutôt que sur les relations politiques.

Dans un contexte plus large, le fonctionnement autonome des institutions de l’ES repose également sur des dispositions légales qui préservent leur indépendance ainsi que leurs libertés académiques. Alors que davantage d’espaces ont été ouverts aux débats critiques sous le nouveau gouvernement, l’absence d’une loi visant à faire respecter les libertés académiques signifie que le pouvoir demeure encore entre les mains des autorités de gestion lors qu’il s’agit de donner la parole au sein du cadre universitaire. En témoignent l’annulation, en novembre dernier, du forum où devait s’exprimer le militant politique Hishamuddin Rais à l’université Kebangsaan Malaysia3 ; ou encore l’annulation, deux mois plus tôt, de l’invitation du Dr Syed Farid Alatas, qui devait prononcer un discours important à l’université Sains Islam Malaysia.

Les amendements des diverses lois visant à permettre aux étudiant·e·s de s’impliquer dans des activités politiques sur le campus qui ont été mis en place en décembre 2018 constituent une étape majeure dans le développement d’espaces critiques favorisant l’engagement. Toutefois, les étudiant·e·s en attestent, une politique de la peur sévit encore du fait d’une culture contraire au militantisme étudiant4. Ainsi, les étudiant·e·s qui ont pris part à la protestation contre la nomination du ministre de l’Éducation comme président de l’IIUM ont été réprimandé·e·s, au prétexte qu’ils·elles
ne se concentraient pas sur leurs études. Par ailleurs, diverses lois qui restreignent les libertés académiques – comme la loi sur la sédition – n’ont pas encore été abolies et ne cessent d’être appliquées aux personnels des universités publiques, par exemple la loi 605 qui régit la conduite des personnels des instances statutaires don’t font partie les universités publiques.

ENSEIGNEMENTS ET MARCHÉ

Les débats sur l’autonomie des universités publiques entamés sous le régime précédent ont confondu celle-ci avec l’autonomie financière des institutions financées par l’État en Malaisie. La décision d’une politique d’autonomie financière pour les universités publiques s’est donc traduite par la réduction progressive du soutien financier de l’État. Il est intéressant de noter que les données du programme de la Malaisie pour l’éducation 2015-2025 ont montré que les dépenses totales consacrées à l’ES avaient augmenté de 13 % par an entre 2004 et 2014, passant de 4,3 milliards à 15,1 milliards de ringgits. Toutefois, comme le montre le graphique ci-dessous, en termes de pourcentage du budget national, le budget annuel alloué aux universités publiques a été progressivement réduit durant neuf
années consécutives (sauf en 2014 et 2015) depuis 2010. En réalité, le budget alloué à l’enseignement supérieur en 2019 est le plus bas, ne représentant que 4,2 % du budget total. Il n’est donc pas surprenant que de nombreux·ses universitaires se soient plaint·e·s du manque de financement des universités publiques en ce qui concerne les dépenses liées à la gestion et à la recherche. Pire encore, il est désormais normal que l’on demande aux universitaires de générer des revenus pour financer leur université ainsi que leurs activités de recherche.


Cette approche axée sur le marché prédomine désormais dans la conception des environnements d’apprentissage. Au cours de la dernière décennie, par exemple, des cours qui ne présentaient pas d’intérêt pour le marché ont été supprimés par manque de financement et de ressources. Par conséquent, les choix des étudiant·e·s sont limités lorsqu’il s’agit de s’engager intellectuellement sur des sujets considérés comme n’ayant aucune valeur sur le marché, ou de développer leurs capacités critiques don’t ils·elles auront besoin en tant que citoyen·ne·s responsables et éclairé·e·s pour construire un monde meilleur. Ainsi, leurs expériences d’apprentissage sont essentiellement axées sur le marché du travail. En témoigne l’élaboration d’un éventail de politiques et de mesures éducatives fondées sur l’employabilité des diplômé·e·s, l’entrepreneuriat, les liens avec l’industrie et la collaboration entre l’université et l’industrie. Nos universités accordent de moins en moins de valeur à l’intérêt public et à l’éducation civique.

Selon Morshidi (20155), il existe en Malaisie une contradiction entre l’importance du développement économique et l’objectif de l’ES qui consiste à former des individus selon une vision holistique. Si l’on en juge par l’évolution actuelle, l’idéologie néolibérale empiète de plus en plus sur les universités publiques. Le problème de cette idéologie est qu’elle traite le savoir comme un produit, les étudiant·e·s comme des consommateur ·rice·s, les professeur·e·s comme des entrepreneur·e·s et les établissements scolaires comme des centres commerciaux6. Si les universités perdent de vue leur rôle fondamental dans la formation et le développement holistique de citoyen·ne·s capables de faire face à un avenir incertain caractérisé par la révolution industrielle 4.0 et les menaces du réchauffement climatique, la Malaisie risque de perdre son avantage compétitif. En outre, si elle souhaite faire partie des pays développés d’ici 2025, il est essentiel qu’elle préserve un environnement favorisant les libertés académiques, l’ouverture et la concurrence loyale. Pour ce faire, il faudra non seulement mettre sur pied une réforme institutionnelle, mais aussi des mesures visant à garantir davantage le financement public des universités.

Budget alloue a lenseignement superieur, en pourcentage du budget total, pour la periode 2010-2019.


Source : donnees calculees a partir des informations disponibles sur le site Web officiel du ministere des Finances concernant lestimation pour les annees 2010 a 2019 des depenses federales dans leur ensemble, y compris les depenses relatives a lenseignement superieur.

RECHERCHE ET RENTABILITÉ

Depuis les années 1970, la Malaisie a toujours mis l’accent sur les sciences dans ses écoles. Dans sa tentative de devenir un pays développé d’ici 2020 grâce à une économie basée sur l’industrie, le gouvernement précédent avait lancé son nouveau modèle économique (NEM) 2011-2020 en 20107.
Selon les prévisions, le NEM devait permettre la création d’1,3 million d’emplois d’ici 2020 pour l’infrastructure et le développement de l’industrie. En écho à cette aspiration nationale,l’enseignement a mis l’accent sur les STIM afin de produire une maind’oeuvre suffisante pour répondre à la demande. Se joignant à d’autres pays, la Malaisie a pris le train de la révolution industrielle (RI) 4.0, dans laquelle
les programmes de STIM semblaient adaptés à l’ensemble du plan national. En plus d’influer sur les priorités de l’enseignement, cette stratégie nationale s’est infiltrée dans la recherche des universités malaisiennes, où elle décide des financements prioritaires.

En 2019, sous la nouvelle administration publique, les financements se sont accrus dans les domaines de la recherche scientifique et de l’innovation. Ainsi, sur les 60 milliards de ringgits – soit un cinquième du budget annuel total pour 2019 –, 400 millions ont été alloués à des bourses de recherche, et 30 millions de plus sous la forme de subventions de contrepartie8. Toutefois, le budget alloué à l’ES n’a cessé de diminuer au fil des ans, provoquant un sentiment général de frustration parmi les universitaires et les chercheur·euse·s.

Le noeud du problème est que le financement octroyé est tout simplement insuffisant pour soutenir l’initiative de produire des recherches à la portée scientifique significative. En fonction du programme de subvention, chaque recherche reçoit un maximum de 250 000 à 1 million de ringgits (de 60 000 à 250 000 dollars américains), une somme dérisoire dans la recherche portant sur les STIM. En outre, la morosité de l’économie malaisienne et l’affaiblissement de la monnaie pèsent lourdement sur le financement de la recherche. En raison du faible taux de change du ringgit malaisien par rapport au dollar américain, l’acquisition de matériel et d’équipement de recherche fabriqués à l’étranger épuise les fonds de recherche en un rien de temps. La politique financière du gouvernement aggrave davantage la situation, en exigeant que les approvisionnements des universités publiques se fassent par l’intermédiaire d’entreprises appartenant à des Bumiputera9, qui pratiquent des taux plus élevés.

Les recherches et les innovations financées par le gouvernement sont classées par ordre de priorité par les administrateur·rice·s des ministères et les responsables politiques en fonction des intérêts nationaux. Ainsi, une part des axes de recherche peut avoir un impact faible sur la communauté ou l’industrie concernée, bien qu’elle puisse répondre aux intérêts nationaux. Preuve en est l’impact relativement faible des publications et des brevets issus des universités publiques malaisiennes si on les compare à d’autres pays voisins ou au secteur privé10.

Il existe aussi un déséquilibre dans la disponibilité du financement fourni par les pouvoirs publics et les industries, qui trouvent plus intéressant de soutenir des projets potentiellement commercialisables plutôt que des recherches fondamentales qui réclament plus de temps et, éventuellement, plus de ressources sans garantie de rentabilité. Telle est pourtant la réalité de la recherche fondamentale, où les théories et les hypothèses sont explorées en vue d’ouvrir la voie à des recherches scientifiques plus axées sur l’application. De nombreuses recherches fondamentales peuvent de ce fait être mises de côté, ce qui mène à des recherches manquant de vigueur scientifique et intellectuelle.

La recherche scientifique est particulièrement minée par la tendance croissante des universités à se focaliser sur les classements et leurs divers indices. Les universités en viennent alors à imposer des indicateurs clés de performance aux universitaires et aux chercheur·euse·s pour leur nombre de publications afin de monter dans les classements. Certaines des meilleures universités du pays se sont ainsi hissées dans le classement mondial en augmentant le nombre de leurs publications scientifiques, qui comportent toutefois un indice de citation plus faible11. La médiocrité des publications résulte ainsi de pratiques contraires à la déontologie, telles que la technique du « saucissonnage » des publications, les chercheur·euse·s privilégiant la quantité à la qualité. La course à l’augmentation du nombre de publications a également été marquée par l’apparition de revues universitaires de faibles qualité et fiabilité qui permettent à ces universités de publier plus rapidement les travaux de leurs propres chercheur·euse·s. Toutes ces pratiques académiques malhonnêtes mettent à mal le caractère sacré du savoir. Une analyse bibliométrique des citations et des articles produits par soixante-quatre pays entre 2001 et 2014 a révélé que le ratio de citations par article de la Malaisie était de 5,37, ce qui la plaçait à la 62ème place du classement en 2015, une position relativement inférieure à d’autres pays en développement voisins comme les Philippines (30ème), la Thaïlande (36ème), l’Indonésie (37ème) et le Viêt Nam (49ème) (ministère des Sciences, des Technologies et de l’Innovation, 2015). S’il est vrai que les différentes institutions du pays n’obtiennent pas les mêmes résultats au niveau de leurs publications, une amélioration de l’indice de citation des publications de l’ensemble du pays reste souhaitable.

Bien que le NEM ait promis la création de 1,3 million d’emplois, de nombreux ·ses diplômé·e·s universitaires dans le domaine des STIM restent sans emploi à ce jour, car il n’y a tout simplement pas assez d’opportunités, ou en raison de décalages entre les compétences des diplômé·e·s et les postes existants. Ainsi, alors que plus de 290 000 étudiant·e·s ont été diplômé ·e·s en 2018, 20 % n’ont pas trouvé d’emploi12. La morosité de l’économie complétant ce tableau, nombreux·ses sont les diplômé·e·s universitaires dans le domaine des STIM qui ont obtenu un emploi dans un autre domaine que celui dans lequel ils·elles avaient étudié. Par conséquent, l’intérêt des étudiant·e·s pour les STIM et le nombre d’inscrits en troisième cycle connaît une baisse considérable.

PERSPECTIVES D’AVENIR

Le mouvement académique malaisien (GERAK) a joué un rôle déterminant en proposant au ministre de l’Éducation les réformes nécessaires dans son protocole en dix points13. Les deux principaux domaines abordés sont la gouvernance démocratique des universités publiques et les libertés académiques. Le GERAK n’a cessé d’engager le dialogue avec le ministre et, à l’heure actuelle, quelques-un·e·s des membres de son comité exécutif ont intégré les divers groupes de travail du ministère afin d’apporter les changements nécessaires ; comme par exemple le comité chargé d’examiner la loi sur les universités et les institutions de l’ES (Universities and University Colleges Act, UUCA), qui travaille actuellement au remplacement de cette loi par une autre qui protégerait les libertés académiques et la gouvernance démocratique des universités. Il collabore également avec les
militant·e·s étudiant·e·s et la société civile pour faire pression en faveur des réformes nécessaires. Dans son protocole, le GERAK a en outre exigé la révision de l’indicateur clé de performance applicable aux universitaires afin de s’affranchir des critères de classement administratifs centrés sur l’ISI14 et d’adopter ceux qui reflètent la Recommandation de l’UNESCO de 1997 concernant la condition du personnel enseignant de l’ES, tels que les observations pédagogiques, le nombre de communications revues par comité, les articles publiés dans des revues, l’indice h des ouvrages, les contributions à la société et la mobilité en termes de présentation dans les conférences internationales et de congés sabbatiques. Les universités devraient être encouragées à se concentrer sur la qualité de la recherche et des publications plutôt que sur leur quantité.

En outre, si on réfléchit à reconquérir la recherche scientifique en Malaisie malgré sa situation désastreuse, les idées de recherche ascendantes doivent être acceptées et encouragées, et les décisions concernant les programmes scientifiques nationaux ne doivent pas être laissées aux mains
des bureaucrates. Le désir qu’a le pays de disposer de technologies commercialisables ne doit pas se réaliser au détriment de la recherche fondamentale. Les projets ayant un lien étroit avec la production ou la commercialisation pourraient être mis en relation avec les industries pertinentes et en mesure de contribuer à leur développement par leur financement. Le problème de l’importance excessive accordée aux STIM et des promesses irréalistes en matière d’opportunités d’emploi sous-jacentes doit également être résolu. Enfin, nous devons adopter un programme d’enseignement plus sain basé sur les sciences, la technologie, la lecture, l’ingénierie, les sciences humaines et les mathématiques, qui mettrait davantage l’accent sur l’apprentissage que sur les examens.



References
1)     Lai, Suat Yan (2019) Reforming Higher Education in Malaysia: Combating Entrenched Patronage and Racial Politics, In New Mandala, 20 June available at https://www.newmandala.org/ph-education-reform/
2)     Par exemple, Zaki Azmi de l’universite Malaysia Sabah, Noorul Ainur Mohd Noor de l’universite Sains Malaysia, et Anuwar Ali de l’universite Putra Malaysia.
3)    GERAK (2018) UKM’s decision appears to snub Maszlee, Letter to Malaysiakini, 22 November available at https://www.malaysiakini.com/letters/452925
4)  Tee, Kenneth (2018) Amending UUCA not enough because of ‘culture of fear’, says student activist 28 December available at https://www.malaymail.com/news/malaysia/2018/12/28/amending-uuca-not-enough-because-of-culture-of-fear-says-student-activist/1706872
5) Morshidi, S. (2015). The humanities, general education and the push towards knowledge-based economy in Malaysia. Korean Journal of General Education, 9, (2), 377-396.
6) Giroux, H. A. (2011). On Critical Pedagogy. New York: Continuum International Publishing Group.
7) National Economic Advisory Council. (2010). New Economic Model for Malaysia.  Putrajaya: National Economic Advisory Council.
8) Ministry of Finance. (2010). 2010 Estimated Federal Expenditure. Putrajaya: Ministry of Finance Malaysia. https://www.treasury.gov.my/pdf/bajet/maklumat_bajet_kerajaan/2010/cadangan_anggaran.pdf
9) Politique mise en oeuvre dans les annees 1970 par le gouvernement malaisien dans le cadre de la nouvelle politique economique (NEP), qui visait a favoriser les Bumiputera – les autochtones – en appliquant notamment des quotas dans l’education publique et le secteur public, ou en attribuant des contrats commerciaux pour accroitre l’equite economique et attenuer les tensions ethniques.
 10) Ministry of Science, Technology and Innovation. (2015). Bibliometric Study 2015: Science and Technology Knowledge Productivity in Malaysia. Putrajaya: Ministry of Science, Technology, and Innovation.
11) Ministry of Education. (2015). Malaysia Education Blueprint 2015-2025. Putrajaya: Ministry of Education Malaysia.
12) Ministry of Education. (2019). Study of Graduate Tracing System. Putrajaya: Ministry of Education.
14) Criteres emanant du Web of Science de l’Institute for Scientific Information (ISI).